Quand l'art voyage

Bon ça fait un bout que je n’ai pas écrit dans cette rubrique Blog, j’ai du retard, mais promis je m’y remets…

Retour sur un reportage réalisé pour “Transport Info”, bientôt publié en couleur, info oblige, mais que personnellement je préfère en noir et blanc, poésie du voyage et du temps, plus à mon goût…

“Esi Fine Art”, société basée dans le 93, est spécialisée dans le transport ultra bichonné des oeuvres d’art, mais aussi de belles trouvailles d’antiquité. Un cadre quitte les puces de Saint Ouen pour un salon de Chicago, un renard empaillé voyage vers Shanghaï, une tasse japonaise file vers Houston, les objets voyagent à travers l’espace et le Temps…

Hugh Coltman au Bataclan

Live Report pour Soul Bag avec mon compère Jules Do Mar. Shooté au Pentax K-1, 24-70mm f2,8 et le Sigma 85mm f1,4. Impossible de s'approcher de la scène, et oui il n'y a pas de fosse au Bataclan, les spectateurs sont privilégiés et ça se comprend, mais ça rend le boulot plus compliqué, alors on cherche la parade et on cherche à capter l'atmosphère plus que les plans serrés.

Lee Fields & The Expressions

Rdv à l'Olympia pour shooter une des dernières légendes de la Soul, Mister Lee Fields, pour le Magazine Soulbag, avec mon fidèle Pentax K-1 agrémenté du cailloux de la mort qui tue, le Sigma 85mm f1,4, et de mon non moins fidèle Fuji X-Pro 2 avec le superbe Fujinon 23mm f1,4 (équivalent à un 35mm).

Au texte mon binôme de live, Jul Do Mar du label En Avant La Zizique.

Le Live Report est

 

La place du hasard

Il y a quelques années, un bon ami, féru lecteur, me conseille de lire un auteur qui m'était, étrangement, inconnu. J'ai ainsi découvert le verbe subtile et intelligent de Jean-Philippe Toussaint, écrivain belge, à l'esprit pointu, drôle et qui a su écrire des livres captivants, et ce sans intrigue aucune ! 

Je viens de terminer le dernier né "Made in China", livre écrit et inspiré par le Off du tournage à Guanghzou du film "The Honey Dress" réalisé par Toussaint lui-même. Et là je me suis retrouvé comme jamais je le crois, dans ce rapport délicat de la place à laisser au "hasard" dans le processus créatif. Je ne vais pas dévoiler les passages ici, vous allez devoir vous l'offrir dans une vraie librairie, mais je vous conseille de vous arrêter page 80 !

livre_galerie_9782707343796.jpg

Moza au Trocadéro pour Digixo

Et oui je porte encore une chemise en jean's pour tester les stabilisateurs MOZA pour la chaîne Youtube de Digixo ! Tournée cette été mais mis en ligne à l'automne, avec une excellente réal' de Steéphane Leclercq de LatouchePlay n'est-ce pas ? 

Deuxième Opus

En musique l'on dit souvent que le deuxième album est le plus difficile...En photo cela peut être le même défi.

En octobre 2015 j'ai photographié mon ami et peintre Jean-Marc Isère dans son appartement, transformé pour le jour en studio photo.

Jean-Marc s'est "donné" à voir comme je ne l'avais jamais vu. Une séance de portraits ça se joue à deux, aucune magie, aucun portrait digne de ce nom ne peut surgir si seul le modèle ou le photographe n'accepte de tout donner, de se livrer. Après quelques images réalisées avec une toile de Jean-Marc comme fond, nous étions passés au fond noir mon classique, épuré, afin de se concentrer sur l'essentiel. J'étais ressorti, fait rare, très heureux des résultats (les 3 premiers).

En mai 2017, nous avons décidé de tenter donc une deuxième séance. En arrière plan, le défi de faire quelque chose de différent, tout en conservant l'énergie et la disponibilité des premiers portraits.

Pas de fond noir pour cette fois, je visite son atelier et choisis comme fond son plan de travail, recouvert de gouttes, tâches et jets de peinture. Il faut savoir se renouveler un peu non ?

J'ai utilisé le fameux Moyen-Format numérique, le Pentax 645Z, afin de saisir un maximum de détails et d'obtenir un modelé supérieur au 24x36. Comme assistante j'embarque Juliette, ma fille aînée, 8 ans et pas sa langue dans sa poche ! Séance animée en vue...

Et comme j'ai le désir de progresser, j'ai voulu expérimenter, j'ai donc utiliser un flash, puis deux, puis à nouveau un seul, avec une Rotalux Elinchrom Deep 70 et le nouveau parapluie Softbox Deep Elinchrom 125, mais également avec un néon de garagiste et pour finir de la lumière naturelle ! 

Vous pouvez découvrir le travail de Jean-Marc Isère ici

 

 

 

Le temps...

Le temps d'un été, enfin redonner de la place au.....temps ! La vie parisienne nous happe, le rythme est à l'opposé des êtres solaires que nous sommes, on vit la nuit, on se dépêche en permanence sans vraiment savoir pourquoi, alors avec l'été, arrive le moment de lâcher un peu ordi, smartphone et tablette, le métro et enfin de reprendre un lent tempo. Partir avec un sac photo des plus légers, choisir juste un compact (Ricoh GRII), ou une focale fixe (50mm avec le K-1) et découvrir le dernier Fuji X-Pro II (avec juste le 23mm), pour libérer la créativité et enfin contempler les paysages de Savoie et des Landes, profiter de mes filles, qui à chaque seconde me font totalement halluciner de beauté et de grâce, je suis parfaitement objectif n'est-ce pas ?

The artist

A force de photographier des peintres et des routiers, il fallait bien que ça arrive : J'ai rencontré et photographié un peintre de camions ! 

Laurent, le peintre, le doux rêveur parfaitement autodidacte est l'un des deux derniers peintre-décorateur en France. Il forme un véritable couple de travail avec Ludo, son carrossier et indispensable régulateur d'énergie ! Une belle rencontre en banlieue proche de Nîmes sous 35° en compagnie de Valérie, journaliste free-lance, pour le magazine TrucksMag de juillet 2017. Le tout shooté avec mon fidèle K-1 qui n'a pas eu peur de la poussière ni des projections de peinture et du fabuleux et minuscule Ricoh GRII.

Back to London

Quelques jours juste avant l'attentat du pont de Westminster, j'étais à Londres, pour la première fois depuis 2004 ! L'Angleterre, si loin, si proche...Passage par Shoreditch, La National Gallery et la Tate Modern, et une météo totale Brit' avec seul un coup de soleil et 50 nuances de gris...Dans ma besace, le seul, l'unique, Ricoh GRII.

Premier post et l'heure des choix

Un site c'est une vitrine, le IN, mais pour que cela vive, il faut des coulisses, des envies, une passion, des rencontres, des doutes et états d'âme, ça c'est le OFF. 

Instagram c'est LA nouvelle façon de monter les coulisses, mais le flux d'images est si grand, et le poids des mots si léger, que ce médium en devient frustrant. J'avais donc envie de partager autre chose que quelques clichés, mais aussi parler de mon travail, varié, riche, et surtout ne pas oublier que l'on ne fait rien seul. Je profiterai de ces coulisses aussi pour parler du travail des autres, de mes amis, collègues, partenaires aux talents forts et multiples.

Comme je voue à la peinture et au dessin une admiration sans bornes, probablement décuplée par mon niveau personnel proche de la maternelle, j'aime photographier les peintres.

RDV fin mars donc une séance de portrait, chez et avec le peintre Arnaud Franc, accompagné du photographe et ancien danseur, Fabrice Domenet.

Faire un portrait c'est d'abord une rencontre, et on a beau tout préparer, imaginer, ça ne se passe jamais exactement prévu et pas deux fois de la même façon. Avec Arnaud nous nous connaissons peu, il est donc difficile d'arriver avec une armada de matériel, de se poser devant le modèle de faire sa loi. Je ne le conçois par comme ça, j'ai besoin de sentir le personnage, de connaître son humeur du moment, de savoir si le portrait est désiré ou s'il a accepté par besoin ou politesse.

J'arrive toujours avec une idée en tête, mais je me laisse toujours une plage de liberté, de feeling, en fonction, du lieu, de l'autre, de la lumière et l'inspiration qui vient (ou pas).

Pentax m'a laissé en prêt le 645Z, un Reflex Moyen-Format, avec donc un très grand capteur doté de 50 Millions de beaux pixels. C'est l'outil idéal pour réaliser des images riches en détails et surtout avec un modelé unique.

La séance est à la fois calme et sereine. J'essaie la lumière naturelle de l'atelier, puis avec un flash et une boîte à lumière Elinchrom Rotalux Deep 70cm, sur fond des oeuvres d'Arnaud, et ensuite sur fond clair et enfin sur fond noir.

Et là c'est le retour au bureau et l'heure difficile ! Revoir les images, avec son lot de d'attentes déçues mais ça c'est le lot de tous les photographes, mais c'est surtout l'heure du choix. Certains editings sont faciles, évidents, mais là comme j'ai varié les éclairages et points de vue, le choix est délicat. On n'a jamais envie de passer à côté de la bonne image. et une fois ce choix réalisé, il faut interpréter les photos.

Pour beaucoup, retoucher c'est mentir, j'y reviendrai plus tard, mais c'est tout sauf cela ! Choisir le rendu final, les bonnes couleurs, ou son noir et blanc, contrasté ou doux, c'est la dernière étape, mais elle est fondamentale, c'est elle qui détermine la finalité de l'image.

 

Je vous livre ici quelques étapes mais je mets en ligne très bientôt mon choix définitif.

 

 

 

 

arnaud Franc LR WIP.png
 Le choix du n&b est fait mais le reste est à faire.

Le choix du n&b est fait mais le reste est à faire.