En mars de cette année 2019, deux ans après avoir réalisé une série de portraits du peintre Arnaud Franc, j’ai voulu assister à son processus de création. Comment se déroule une séance de dessin et peinture avec modèle ? La séance se déroule en silence, entre tension et concentration chez Arnaud, propositions et méditation chez le modèle, il s’agit d’un étrange ballet, proche d’une confrontation mais aussi d’une belle collaboration entre peintre et modèle….

Arnaud a souhaité réagir à cette séance également :

“Paris le 13/6/2019

Isis et moi  dans les yeux de Wilfried, à l’atelier.

Pour nos retrouvailles à l’atelier, tu as choisis de me photographier dans une séance avec mon modèle Isis. 

De loin en loin nous nous retrouvons, elle et moi, pour travailler ensemble trois heures. Et cela depuis plusieurs années. Avec Isis, des confidences sont venues en pointillées se mêler à nos rencontres, elles colorent notre lien.

Au fil de ces échanges, je devine ce qui n’a pas été dit sur ses voyages... Isis me touche, son histoire est là ! 

J’aime retrouver chez elle cet état particulier : Isis sait traduire par le corps des formes d’équilibres instables. 

Avant de m’élancer dans le dessin, il y a une sorte de flottement, et à trop chercher les bons outils je risque de retarder encore un peu plus cet échappement des sens et de l’âme.

Il me faut apporter du bruit, pour couvrir le contact et la trace à la surface du papier, l’atelier tout entier se charge des sons et mélodies qui viendront habiter le modèle dans ses poses. 

Entre Isis et moi les repères sont établis depuis longtemps, je retrouve son fluide aérien mais cette fois-ci, elle n’est pas nue devant nous. 

Tu es là Wilfried. Parfois, je t’aperçois et je résiste sensiblement pour ne pas me décentrer. Alors, enfin je m’immerge à nouveau dans mon dessin, dans ce ravissement qui porte mon geste et libère l’intuition heureuse. 

Ton regard fait son chemin entre nous, et bientôt nous découvrirons  par où tu passes toi aussi !  

Quelque temps plus tard, je reçois tes clichés.

Noire et blanc ou en couleur, avec toujours la surprise de se voir autre qu’en son corps. 

Ta sélection me renvoie dans ce temps retrouvé, là encore je bascule attaché à cet après-midi, avec Isis et toi. Tu as su te glisser entre nous, avec tes points de vues soignés et tes cadrages serrés pour révéler au mieux les débordements des corps et le glissement du geste. Comme c’est amusant ce découpage entre noire et blanc, scénarisant un espace plus dense. 

Comme j’aime ces créations révélées”